dimanche 1 juillet 2018

Jury Juin 2018 : Master 1

 Juliette Panier
 Juliette Panier






Jury Juin 2018 : Troisième Bachelor

 Marie Haouchine
 Marie Haouchine
 Maria Cartwright
Maria Cartwright
 Alessandra Valentini
Alessandra Valentini 
 Eva Elsoght
Eva Elsoght
 Alicia Leterme
Alicia Leterme

Jury Juin 2018 : Deuxième Bachelor

 Aurelien Delachapelle
 Aurelien Delachapelle
 Sylvain Delbecque
installation de Sylvain Delbecque
 Drena Podrimçaku
 Drena Podrimçaku
 Lola Hueso Camara
 Lola Hueso Camara
 Julie Ambrazé
 Laureline Pescheux
 installation de L.Pescheux et J.Ambrazé
installation de Laureline Pescheux et Julie Ambrazé


Jury Juin 2018 : Premier Bachelor

 Elora Bogucki
 Elora Bogucki
 Julie Vercoutere


Julie Vercoutere
Sacha Picavet

Sacha Picavet

Louis Demaret

Louis Demaret
Abigaad Gaillard Grenadier

Abigaad Gaillard Grenadier
Gautier Lejonc

Gautier Lejonc




vendredi 22 juin 2018

Prix artistique de la ville de Tournai 2018

Un de nos étudiants était sélectionné, et un ancien de l'atelier,

 empreinte de Jérôme Ugille
photographie de Jérôme Ugille

Texte de présentation du travail :

Mon intention est de créer une installation à la fois ludique et qui pousse à la rêverie. Un moment ou se mêleront questionnement, étonnement et découverte.
j’ai choisi les insectes car c’est un monde totalement différent du nôtre, un monde trop souvent décrier, mais que je trouve plein de charme. Pour l’exprimer, j’ai décidé de faire une sorte de petite encyclopédie un peu vintage.
Je cherchais à créer une lecture poétique dans mon travail.
Les plaques gravées forment une nuée d’insectes volant, comme un vieux souvenir, avec les ombres qui se mélangent a la réalité.
Il y a sur le petit guéridon un recueil de tous les insectes vus sur les plaques, le tout dans une boîte qui semble être un livre, un moyen de rendre l’ensemble un peu précieux et réer de la curiosité.
Sur le mur, le grand portrait d’un bousier. Comme l’encadrement d’un moment passé.
Je veux créer une ambiance un peu à part, un peu vieillie.
Pour ramener le spectateur à une sorte de nostalgie.


Eva Elsoght

 installation d'Eva Elsoght
 autre prise de vue de l'installation
installation complète d'Eva Elsoght

Quel honneur d'exposer à côté d'un dessin d'insectes d'Ensor



Comment un étudiant conçoit notre atelier?

Une description faite par un de nos étudiants : 

Apprendre à déconstruire ce que l’on croit savoir du dessin. Se détacher du médium habituel pour revenir à l’essentiel, à l’essence même : le corps, le vide, le plein, le tout et le rien. Se libérer des carcans omniprésents de ce qui fait et doit faire image. Se retrouver en soi, avec soi, tout autour et en dedans afin de prolonger l’expérience. Mais c’est aussi se retrouver avec l’autre et partager l’espace. Faire « acte de » c’est ce râle qui nous pousse à vivre l’instant dans l’espace du dessin. C’est être présent, vivre au présent mais également vivre le présent. C’est sentir, ressentir, observer ou encore apercevoir, mais tout cela par le biais du dessin, par le geste. Et c’est chaque fois différent parce que nous sommes vivants, et parce que notre corps est constamment guidé par nos émotions il réagit selon l’humeur, l’énergie qui parfois nous fait défaut en s’absentant ou en se déversant de manière trop brutale. C’est autant d’éléments que l’on peut apprendre à écouter et accepter. Tout comme un corps, le sien ou celui de l’autre, son vide et son plein, son tout et son moins que rien. Alors nous traçons, puis nous caressons, pour nous éloigner et reprendre contact, enfin nous ressentons : une émotion.
                                     
                                                                                          Juliette Panier

Trois voyages, trois expériences...

Bruges,William Kentridge
Smoke, Ashes, Fable






Un texte écrit par un de nos étudiants après la visite de l'exposition de W.Kentridge :

Bien avant de souligner l’émoi que j’aurais pu ressentir face à un travail en particulier, j’ai besoin de revenir sur ce qui m’a touché dans l’ensemble des collections présentées et sélectionnées par William Kentdrigde. Plusieurs raisons participent au plaisir que j'ai eu de déambuler dans le Sint Janshospitaal. La première a été de découvrir que derrière ce nom se révèle un travail que je ne connaissais pas encore. Ensuite, en dehors de pénétrer dans le musée pour la première fois, la seconde raison fut d'apprécier être spectatrice d’une multitude de travaux très différents dans le procédé, mais qui apparaissaient au fur et à mesure de ma progression tenir de choix cohérents et intelligemment orchestrés. Le fil rouge, ces questions autour desquelles l’artiste travaille, apparaissaient ici se relier lorsque je visitais l’exposition. Animations, vidéos, dessins, mécaniques… tout semble faire partie d’une envie de révéler de ce qui tient d’un cycle. Le fusain, omniprésent, me paraissait également être maitrisé au-delà d’un simple outil préparatoire et j’ai senti un vrai plaisir, une belle sensation à regarder parfois les oeuvres de l’artiste. Puis, pour finir, j’ai pris conscience que derrière ces travaux, il existe le passage d’une vie scindée par un conflit qui ne s’est terminé qu’à la veille d’un millénaire. Seulement, si cela me touche c’est également pour d’autres raisons qui font que je suis attirée par les sujets tenant des guerres qui déchirent l’humanité. Et quand William Kentdridge traite de l’histoire de Rome dans Triumph and Laments, il se retire et se place en observateur. Il n’appartient pas à cette histoire, et propose une série d’illustrations revenant sur les événements marquants de la ville et c’est la seule fois ou j’ai senti avoir une prise sur le sujet.

C’est pourquoi parmi les onze images de la série Triumph And Laments présentées lors de l’exposition, j’ai choisi The Death Of Aldo Moro réalisée en 2015. Cette série ne parle pas de l’Afrique du Sud, mais bien de l’Histoire de l’Italie dont une sélection non exhaustive nous est présentée pour cette exposition. Il m’a semblé que The Death Of Aldo Moro, est l’une des rares oeuvres de la série à ne pas être tautologique. Ce corps retrouvé dans la Renault 4 rouge, célèbre récit d’un déchirement politique en Italie dans les années 1970, est aussi pour moi un rappel immédiat d’une émission de radio écoutée seulement quelques jours auparavant. Mes idées étaient donc fraîches. J’avais besoin d’en voir ou d’en savoir plus. Et la réponse en image à la mort d’Aldo Moro réalisée par l’artiste m’a parue parfaite. Mais, cet épisode en lui-même me fascine, car le découpage des événements suivant la cinquantaine de jours de captivité du Premier Ministre italien est haletant. Sa mort, elle, est percutante, tragique. Et la découverte de son corps est pathétique. Travaillée sur ces étranges feuillets (dont je n’ai pas trouvé l’origine dans l’exposition) la voiture est parfaitement centrée sur le support papier. Ainsi mobilisés, les coups et traces de fusain révèlent une 4L aux traits précis. Le coffre relevé m’a paru délicat. En réalité la voiturette est tellement présente qu’il m’a fallut du temps pour déceler la petite masse créée par effacement de matière : Aldo Moro mort. Néanmoins, parler d’un émoi pour cette pièce ne serait pas totalement exact. D’autres travaux m’ont touchés bien plus en profondeur, mais le choix de parler de celle-ci est plus fort. Parce que comme énoncé plus haut, l’histoire derrière le sujet me fascine. De même que la mort de Pier Paolo Pasolini surgit dans les mêmes années est un dessin bien plus imposant, et il aurait pu me provoquer davantage de questions. Cependant, je reviens à ce que j’ai souligné un peu plus tôt : l’image de The Death of Aldo Moro n’est pas qu’une simple réponse à son titre. L’artiste semble l’avoir traitée de façon éloignée, presque clinique. C’est en réalité ce dessin qui révèle aussi le processus dans le choix des sujets de l’histoire de Rome. Un sujet, un fait, une histoire. Il prend ce qui nous mène au plus près de l’événement, l’extrait d’une ère particulière pour mobiliser le pan historique qui se cache derrière le dessin. Et ils semblent être tous tragiques, comme si ce pays ne s’était construit que sur les assassinats ou des trahisons. En même temps, il répond au principe même de mythologie. J’ai envie de dire que la présence du corps dans le coffre n’est presque pas nécessaire. Lorsque je compare les photographies des journaux de cette macabre découverte, je retrouve exactement la même construction de la vue de cette voiture, avec une nette différence cependant : la foule est absente. Je ne sais pas si William Kentdrigde l’a voulu ainsi, mais lorsque j’étais devant ce travail j’avais l’impression que ce que je regardais n’est pas le moment de la découverte, c’est celui juste avant. Ce moment de l’abandon du corps et de toute la série des événements haletants qui a conduit Aldo Moro à être tué de dix balles et déposé dans ce coffre. C’est ce moment invérifiable entre le dépôt et la découverte au monde. Et par ce dessin, je ressens un temps figé de cette narration longue de presque deux mois. Aldo Moro est seul et mort, logé dans son premier cercueil populaire, il n’est pas identifiable par ses caractéristiques physiques, mais par ce qui le contient : La 4L rouge. En somme, la mort d’Aldo Moro est, chez William Kentdrigde, une métonymie. La voiture ainsi présentée peut désormais remplacer la figure du premier ministre, elle est la figure et le récit. À sa seule vue, c’est l’histoire de la captivité d’Aldo Moro ainsi que les revendications des Brigades Rouges qui sont ici invoquées. Finalement, c’est peut-être l’oeuvre la plus littéraire mais la moins poétique que j’ai eu besoin de définir. 
                                                                                                                                                                                          Juliette Panier
Gand, Musée des Beaux-arts 
Un itinéraire du regard, 


dessin d' Alicia Leterme

dessin d'Alicia Leterme

dessin d'Eva Elsoght

dessin d'Eva Elsoght

Nous remercions Cathérine de Zegher pour le beau travail, une nouvelle découverte du Musée.



Paris,Drawing Now,mars 2018
la possibilité d'un portrait,

dessin d'Alicia Leterme
dessin d'Eva Elsoght

dessin d'Eva Elsoght 
dessin d'Alicia Leterme 

dessin d'Alicia Leterme

`
dessin d'Alicia Leterme

dessin d'Alicia Leterme